American Horse Ranch

American Horse Ranch - Forum RPG humain/equin
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.

Aller en bas 
AuteurMessage
Solveig E. Nachtfalter

avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut: Humain
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Sam 28 Mai - 19:56

YOU'RE SOMETHING BEAUTIFUL, A CONTRADICTION,
I WANNA PLAY THE GAME, I WANT THE FRICTION.





Solveig était revenu en courant jusqu'à son appartement... ou plutôt, en boitant le plus rapidement que son genou défectueux le lui permettait. Il jeta négligemment sa canne sur le canapé, puis se dirigea vers la salle de bain sans perdre de temps. Il mourait littéralement de chaud. Il alluma les robinets de la baignoire et la laissa se remplir, tandis qu'il retirait ses vêtements d'équitation couverts de poussière. Il n'avait nullement l'intention d'aller au restaurant en si charmante compagnie dans une tenue pareille, c'est pourquoi il troqua sa culotte de cheval contre un jean skinny noir, et sa chemise blanche contre une autre chemise, noire et fraichement repassée. Il posa le tout sur une chaise, puis s'enfonça dans l'eau chaude avec un soupir de plaisir. Il ferma les yeux et se laissa bercer par le silence qui avait envahi la pièce, se mêlant comme un brouillard à la vapeur d'eau qui montait de la baignoire, uniquement troublé par le léger bruit des quelques gouttes d'eau qui tombaient du robinet mal fermé avec une lenteur régulière.

Il se demanda alors ce que Dawn ressentait exactement pour lui. Tout cela n'était pas très clair, elle semblait aussi confuse que lui. La violente réaction qu'elle avait eu lorsqu'elle avait entendu sa conversation téléphonique avec Scanlon ne l'avait pas laissé de marbre. Elle tenait à lui, c'était là un fait indéniable... Elle tenait à lui au point d'en oublier toute dignité et de le supplier de rester avec elle. Solveig soupira. Il lui semblait se trouver face à une évidence dont il n'arrivait pas à saisir le sens... Ou peut-être ne voulait-il pas le saisir. La vérité, c'est qu'il avait peur. Peur de faire confiance, peur de se tromper, d'y laisser à nouveau des plumes... Combien de femmes avait-il laisser rentrer dans sa vie, avant de s'apercevoir qu'elles n'en étaient pas dignes... Non, il n'était pas prêt à subir une nouvelle humiliation de ce genre, mieux valait attendre. Attendre et observer. Certes, Dawn semblait différente de tout ce qu'il avait vu jusqu'à présent; mais dans ce monde de mensonge où la cruauté et l'intérêt règnent en maître, il savait qu'il ne pouvait se fier à personne... pas même à ses deux prunelles d'émeraude encadrées de boucles cuivrées, qui le dévisageaient toujours avec douceur et fascination...

Trente minutes s'écoulèrent ainsi, sans autre bruit que la respiration de l'homme, perdu dans la brume tiède qui s'était formée dans la pièce fermée. Il ouvrit lentement les yeux, mettant momentanément fin aux questions sans réponses qui planaient derrière ses paupières closes comme des oiseaux de proie et lui torturaient l'esprit. Il jeta un coup d'œil à sa montre, puis soupira à nouveau. Il n'était pas question d'être en retard. Lentement il se redressa, attrapa la serviette de bain posée près de lui et sortit de la baignoire. Un frisson vint parcourir son dos. Il commença à s'habiller, mais son regard fut attiré par le miroir couvert de buée qui était accroché devant lui. Lentement, il s'en approcha et passa une main dessus pour l'essuyer. Il vit alors son visage, puis son torse, apparaître et se refléter. Un sourire amusé éclaira alors son visage. Il était assez satisfait de voir que toutes ces années passées dans les salles de sport de Los Angeles lui avaient permis de se maintenir en relativement bonne forme physique, malgré son âge. Non, il n'était pas encore un vieux croulant, bien loin de là. Une question pour le moins inattendue lui traversa alors l'esprit. Que pouvait bien penser Dawn de son physique ?... Il demeura quelques secondes les yeux dans le vague, à réfléchir; mais bien vite, il se trouva un peu stupide de rester planté là, en boxer devant sa glace, à se poser des questions aussi curieuses qu'inutiles. Il secoua la tête avec dérision, et enfila son pantalon. Mais, d'un autre côté... C'est vrai, il ne savait rien des goûts de son amie. Était-il son genre ? Difficile à dire. Et puis, ce n'était pas une question évidente à poser à une femme... Il boutonna rapidement sa chemise, laissant les deux derniers boutons ouverts, puis mit ses chaussures et sortit de la pièce.

Il décrocha une veste noire du porte-manteau, puis empoigna sa canne qu'il avait abandonnée un peu plus tôt sur le canapé, et quitta l'appartement en claquant la porte derrière lui. Il sortit dans la cour du ranch, sifflotant vaguement l'air de violon qu'il avait joué la veille, puis s'approcha d'une Porsche noire garée à quelques mètres devant lui. Il sortit une clé de sa poche et la pointa vers la voiture, dont les phares clignotèrent l'espace d'une seconde en émettant un bip sonore. Il la contempla avec satisfaction, avant de s'appuyer sur le capot et de croiser les bras. Son regard se perdit dans le lointain, tandis qu'il attendait Dawn. En somme, une bonne après-midi s'annonçait pour eux... Solveig était si loin de se douter à quelle vitesse son passé allait le rattraper...

_________________

WHEN THE TRUTH IS FOUND TO BE LIES, AND ALL THE JOY WITHIN YOU DIES
SOLVEIG ELIAS NACHTFALTER


    « Here I opened wide the door; darkness there, and nothing more. Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before... »


Dernière édition par Solveig E. Nachtfalter le Sam 28 Mai - 23:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn. Heather

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Sam 28 Mai - 21:17

L'heure de rendez-vous venait d'être fixé, je regardais Solveig s'en aller. Alors je filai en courant rapidement vers les boxes. Sans presque m'arrêter j'attrapai le sac que j'y avais déposé plus tôt dans la matinée. J'ouvris frénétiquement la porte de mon petit appartement. La referma d'un geste brusque, en la claquant. J'allumai la radio qui hurlait un cd de musique tzigane. Tout en allumant l'eau de la douche pour qu'elle chauffe, je jetai mes vêtements sur le sol. Tandis que l'eau brulante attaquait ma peau, je m'évertuais à ne pas penser, et je m'appliquai à ce que l'image de Solveig ne m'apparaisse pas. Je ne m'attardais pas sous la douche ayant presque peur d'être en retard. Ainsi je sortis de la petite cabine où la vapeur se concentrait. M'entourant d'une serviette, j'empoignais le sèche-cheveux et m'appliqua à sécher ses derniers.

Lorsqu'ils eurent recouvrés leur couleur rougeâtre, et que je m'étais assurée qu'aucune mèche ne se rebellai je me faufilai dans ma chambre ouvrant la grande armoire, laissant se découvrir des vêtements en quantité considérable, pour la plupart jamais porté. J'écartais rapidement les cintres en me demandant quelle tenue aurait préféré Solveig. J'essayais une robe bustier que je jugeais trop banale, puis s'en suivirent un tas d'essayage. Je finis par enfiler un jean de forme slim, il était en jean brut, sombre. Au bas il était entrouvert d'une fermeture éclair. J'enfilai alors une chemise blanche et légère, et par-dessus une veste de cuir fin, aux lignes ajustées, et des pattes au col, ce dernier repiqué par quelques clous. J'attrapais ensuite une paire d'escarpins noirs aux talons hauts. Je les enfilées rapidement.

Je filai de nouveau dans la salle de bain, m'arrêtant devant le miroir qui trônait en plein milieu du mur. Je me demandais si ça plairait à Solveig. Je détourai mes yeux de noir, passant un peu de mascara sur mes cils. Je mis un rouge à lèvres qui se contentais de rehaussai simplement la couleur de ses dernières. J'attrapais alors un flacon de parfum à l'odeur douce et agréable, bien moins agressif que celui de la dernière fois. Je restais devant le miroir sans vraiment le regarder, une attitude béate sur le visage. Je me demandais si c'était un rendez-vous galant... ou bien un simple diné entre amis. D'un geste de la main je chassai ses idées stupides et ses rêves aux rebords pointus.

J'attrapais mes clefs et les fourra dans mon sac, je regardais l'heure, j'étais presque en retards. Je me jetais alors à l'extérieur lançant un regard désespéré au désordre de la pièce. Je tournai la clef dans la serrure et dévalais les marches qui menaient à la cour.

Au fond celle-ci se trouvait la silhouette de Solveig, qui était adossé à une voiture de sport. Je pressai le pas, un sourire se dessinant sur mes lèvres. Comme à chaque fois que je l'apercevais je sentais mon ventre doucement se nouer.

Je m'approchais de la silhouette imposante et charismatique de l'homme. Il c'était vêtu d'une veste noire, d'une jolie chemise noire légèrement entre ouverte. Il portait aussi un jean de couleur du ramage de son animal qui lui allait terriblement bien. Je m'arrêtai face à lui, en ne pouvant m'empêcher de sourire. De lui se dégageait une douce odeur de Cologne. J'observais la voiture, ses courbes fines et sa carrosserie immaculée, un noir de jais reflétant la lumière.

_ Quelle... Voiture !

M'exclamais-je un sourire amusé, je n'y connaissais rien et j'avais toujours juré uniquement par le fait que ses tas de ferrailles roulaient. Je me souvenais de ma vieille Toyota cabossé de partout, qui n'avait jamais été en révision, mais qui avait toujours roulé plus ou moins correctement. Je me souvenais aussi me moquer de ses passionnés de voiture jurant que ces dernières étaient dénuées d'âmes, et voilà que Solveig avait un de ces jouets hors de prix.

J'en fis le tour quelque peu intriguée je me l'avouais par le fait qu'elles étaient aussi chers, était-ce simplement la marque et leurs lignes qui valaient ce prix ? Je revins au niveau de Solveig en lui souriant toujours, c'était comme si l'on m'avait figé les lèvres en un rictus lorsqu'il était là.

_ On y va ?


Dis-je en interrogeant l'homme du regard, en me demandant s'il m'emmènerait réellement dans cette Porsche rutilante.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig E. Nachtfalter

avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut: Humain
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Sam 28 Mai - 23:21

YOU'RE SOMETHING BEAUTIFUL, A CONTRADICTION,
I WANNA PLAY THE GAME, I WANT THE FRICTION.





Solveig aperçut enfin celle qu'il attendait avec tant d'impatience, sortant de son appartement. Dès qu'elle le vit, elle pressa le pas, un sourire joyeux se dessinant sur ses lèvres finement maquillées de rouge. Elle s'approcha de lui et vint se planter en face de lui. Il sourit à son tour, la détaillant de haut en bas avec un intérêt non dissimulé. Il n'y avait pas à discuter, Solveig se devait de reconnaître qu'elle était terriblement séduisante avec son jean serré, son chemisier blanc et sa veste en cuir, qui lui donnait un petit air rebelle. Elle semblait alors faire partie de ces femmes qui possédaient une grâce telle, que même si elle s'était habillée comme un sac, elle aurait sans aucun doute conservé ses airs d'élégante princesse.

La jeune femme sembla alors s'intéresser à la voiture contre laquelle Solveig était appuyé. Elle en fit lentement le tour, contemplant silencieusement sa carrosserie étincelante sous le soleil de plomb qui s'élevait dans le ciel d'azur.

Quelle voiture !

S'exclama-t-elle d'un air amusé, en revenait vers l'homme. Ce dernier esquissa un sourire plein de fierté. Lui non plus n'y connaissait pas grand chose aux voitures, il n'en faisait d'ailleurs pas collection mais, comme la plupart des hommes, il savait apprécier un joli véhicule. Il avait toujours eu un certain goût pour les belles choses, celles qui valent cher et que peu de gens peuvent s'offrir. Comme chaque être humain qui se doit, Solveig était un peu superficiel en un sens. Il accordait une certaine importance à son apparence, autant physique que matérielle. Cela était sans doute du à l'âge. Il refusait de se laisser aller, de finir comme tous ces vieux que l'on voit dans les maisons de retraite, affalés dans une chaise roulante et bavant devant la télévision en attendant leur piqure du soir. Il n'était pas sans ignorer le charme certain qu'il possédait – et dont il s'était d'ailleurs maintes fois servi pour conclure quelques transactions – et il comptait bien le conserver. Et à ses yeux, tout cela passait aussi par le fait de posséder une jolie voiture...

On y va ?
Bien sûr.


Solveig sourit à nouveau, puis il se retourna, ouvrit la portière contre laquelle il était appuyé une seconde plus tôt et adressa un signe de tête engageant à Dawn. Une fois qu'elle se fut installée, il referma la portière derrière elle, puis fit le tour de la voiture et vint s'asseoir à la place du conducteur. Il fouilla un instant dans la poche de son pantalon et en sortit alors la boîte en fer de leur jeu, qu'il secoua légèrement, avant de poser sur le tableau de bord. Il jeta un regard en coin à Dawn, souriant d'un air taquin, puis il mit le contact. Le moteur émit un grondement digne d'une panthère furieuse, et la voiture démarra. Il alluma la radio, qui passait alors un morceau de Queen, puis s'engagea sur la route qui menait à Oklahoma City.

_________________

WHEN THE TRUTH IS FOUND TO BE LIES, AND ALL THE JOY WITHIN YOU DIES
SOLVEIG ELIAS NACHTFALTER


    « Here I opened wide the door; darkness there, and nothing more. Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn. Heather

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Sam 28 Mai - 23:51

Solveig semblait très fier de son auto. Il semblait fier comme ses hommes qui savent que le monde leur appartient, et je devais me l'avouer le voir ainsi me donnais l'impression que rien ne pourrais m'arriver tant qu'il sera là. Pourtant je savais que côtoyer un des Chefs de gangs, pour ne pas dire Le chef des gangs de Los Angeles, est et serait toujours très dangereux, tant que tous ses hommes ne seront pas vengés de lui, il c'était mis dans un piège dont on ne sortait jamais réellement, bien sûr on pouvait claquer la porte, s'en aller, savoir que nous ne reviendrions jamais sur cette vie, mais les autres ne fermeront jamais cette porte sans qu'il soit mort.

- Bien sûr.


Solveig, aussi galant et princier qu'un homme pouvait l'être, il m'ouvrit la porte de sa Porsche noire, sur laquelle il c'était adossé. M'adressant un signe, m'invitant à rentrer dans l'auto. Je m'exécutai. Il referma la porte derrière moi et fit le tour du véhicule. Je contemplais l'intérieur luxueux et compris enfin pourquoi les hommes attachaient tellement d'importance à la beauté d'un véhicule. Chose que je comprenais mais qui avait tout de même le don de me dépasser. Je boudais ces voitures chers qui à la moindre rayure rendais malade son propriétaire, et qui lâchait à la moindre rivière traversée.

L'homme ouvrit alors sa porte et rentra rapidement dans le véhicule. Il sortit la petite boite en fer, notre boite, notre jeu. Qu'il y a porté une intention si particulière fit faire un bon à mon coeur, et mes tripes se nouer. Je souriais heureuse qu'il est pris le soin de l'emmener. Je vis qu'il me jeta un regard en coin, un air taquin c'était posé tel un voile sur ses lèvres. Je lui souriais, reconnaissante et amusé.

_ Tu y a pensé...


Murmurais-je d'une voix tout à fait inaudible, un sourire s'inscrivant de nouveau sur mes lèvres. Puis il tourna la clef et le moteur rugit. Je devinais la puissance du moteur comme on devinait celle d'n cheval. Il alluma la radio, et avança. La voiture filait à vive allure sur la route. Mes yeux se promenant de Solveig aux passants. Je remarquai qu’aucun n’avait sa marginalité. Dans la ville les gens se retournaient sur le véhicule flamboyant. Certains nous pointaient même du doigt. Ce n’est que quelques minutes plus tard que la puissante voiture s’immobilisa. J’empoignais la bandoulière de mon sac et sortit du véhicule. Me retournant pour apercevoir Solveig en sortir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig E. Nachtfalter

avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut: Humain
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 0:42

YOU'RE SOMETHING BEAUTIFUL, A CONTRADICTION,
I WANNA PLAY THE GAME, I WANT THE FRICTION.





Tu y as pensé...

Avait-elle murmuré d'une voix à peine audible, en contemplant avec un sourire presque émerveillé la petite boîte ciselée qui trônait devant elle. Elle scellait en quelque sorte leur amitié, leur jeu, leur secret. Et tant que la chevalière de l'homme se trouverait à l'intérieur, tant qu'ils seraient en possession de cette boîte, il semblait que rien ne pourrait les séparer... Ils entrèrent dans la ville, et Solveig ralentit l'allure de son véhicule, soucieux de respecter les panneaux de signalisation qui limitaient la vitesse. Il avait beau adorer sa voiture et pouvoir passer des heures à la lustrer comme un bijou, il n'était pas pour autant un fou-furieux du volant qui roulait à 350 sur les routes. Il savait garder un certain respect des règles – uniquement celles qui l'arrangeaient, certes, mais c'était tout de même un début. Il constata avec un certain mépris que quelques passants regardaient sa Porsche d'un air de convoitise, et leur lança un regard glacial. Le premier qui oserait y toucher finirait au fond d'un caniveau, une balle dans la tête, sans l'ombre d'un doute.

Il se gara rapidement sur une place de parking libre, à deux rues du restaurant où Dawn et lui s'étaient rencontrés une semaine plus tôt, éteignit la radio et coupa le moteur. La jeune femme sortit de la voiture sans attendre, et il la suivit de près, sans oublier de verrouiller les portières derrière lui. Ce ne fut qu'au moment de traverser la route, quand il eut rejoint Dawn, qu'il remarqua un van de couleur noire garé au bout de la rue. Il se figea net et ses yeux s'agrandirent d'horreur. Il lui sembla, l'espace d'un instant, revivre la funeste soirée qui avait eu lieu un an plus tôt, au cours de laquelle il avait perdu tout son entourage. Ce van, il ne le connaissait que trop bien. Ainsi que la silhouette imposante qui se dessinait au travers de son pare-brise. Ces épaules larges, cette peau mate, ces longs cheveux noirs et emmêlés... C'était Alvaro, le chef du gang des péruviens, il l'aurait reconnu entre mille. Leurs regards se croisèrent, aussi durs l'un que l'autre. Le péruvien héla vivement un homme qui était appuyé contre le capot du van et fumait une cigarette, ils échangèrent alors quelques mots que Solveig ne chercha même pas à déchiffrer sur leurs lèvres. Il attrapa le bras de Dawn et la dévisagea d'un air anxieux, avant de la tirer avec force vers la porsche.

Remonte dans la voiture. Il... Il faut partir Dawn, maintenant.

_________________

WHEN THE TRUTH IS FOUND TO BE LIES, AND ALL THE JOY WITHIN YOU DIES
SOLVEIG ELIAS NACHTFALTER


    « Here I opened wide the door; darkness there, and nothing more. Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn. Heather

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 1:16

Solveig sembla violemment se figer, je m'interrogeais alors, avant de suivre son regard je me demandais si ce n'était pas ce Scanlon qui était venu faire un tour pour le convaincre, lui ou un autre membre de son gang. A cette perspective je me raidis brusquement. Puis mes yeux suivirent ceux de Solveig, qui c'étaient posés sur un van noir. Son regard c'était brisé, je retrouvais cette même lueur dans ses yeux que celle que j'avais croisée dans la cuisine quelques jours auparavant. Il semblait revivre un moment éprouvant et terriblement désagréable. A l'intérieur du véhicule se profilait une silhouette épaisse et carré. Les regards des deux hommes se croisèrent, à cet instant précis je sentais que tout basculait, le temps qui c'était arrêté avait violemment repris son cour, rattrapant les secondes qu'il avait laissé défiler. Tout sembla se dérouler très vite, leurs yeux remplis de haine venaient de se détacher, tandis que l'homme parlait à son collègue qui fumait à l'extérieur du véhicule. Solveig lui m'agrippa violemment le bras, surprise par ce contact abrupt j'eus le réflexe d'avoir un mouvement de recul.

- Remonte dans la voiture. Il... Il faut partir Dawn, maintenant.


A ses mots il me tira violemment vers la Porsche noire. Entrainée par Solveig sans opposer de résistance je le suivis, néanmoins un cri de surprise s'échappa de moi-même. Je m'assis rapidement et claqua la portière du véhicule, guettant apeurée que Solveig fasse de même, ce qui ne tarda pas.

_ Solveig que ce passe-t-il ?


Lui dis-je sévère et terrifiée. Je sentais battre mon cœur à tout rompre. Machinalement je plongeais les mains dans mon sac et en sortit le revolver, l’agrippant fermement de mes mains. Pendant ce temps le moteur vrombissait et Solveig avait violemment démarré. Je ne pouvais m’empêcher de le regarder des poInts d’interrogations dans le fond des pupilles, presque tremblante je m’étais enfoncée dans le siège scrutant inquiète le van qui venait d’apparaitre dans le rétroviseur.

_ Je t’en prie Solveig explique moi !


La peur avait dominée ma voix dans cette phrase, et mes pupilles c’étaient dilatées. Et je ne cessais de me retourner pour m’assurer que je n’étais pas victime d’une hallucination quelconque. J’aurais aimé pouvoir me cacher dans les bras de Solveig où j’avais l’impression qu’il ne pouvait rien m’arriver. Une tension constante c’était installée, et j’avais un peu de mal à supporter toute cette nouveauté qui venait de surgir sans prévenir.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig E. Nachtfalter

avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut: Humain
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 16:38

YOU'RE SOMETHING BEAUTIFUL, A CONTRADICTION,
I WANNA PLAY THE GAME, I WANT THE FRICTION.





Une fois que Dawn se fut rassise à sa place, Solveig s'engouffra sans perdre une seconde sur le siège du conducteur et fit gronder une seconde fois le moteur de la porsche. Il démarra en trombe, sans même se soucier des passants surpris qui faisaient des écarts sur le trottoir, proférant ensuite diverses insultes à son attention. Mais il s'en moquait éperdument, son esprit tout entier était encore accaparé par la vision d'épouvante qui l'avait saisi quelques minutes plus tôt. Revoir ainsi son bourreau, la personne qu'il haïssait le plus au monde, au moment où il s'y attendait le moins...

Solveig, que se passe-t-il ?

Demanda la jeune femme, l'air absolument terrifiée, brisant alors le silence pesant qui s'était installé entre eux depuis qu'ils avaient quitté le parking. Il ne lui répondit pas immédiatement, gardant les yeux fixés successivement sur la route, puis sur le compteur de vitesse de la voiture. Quatre-vingt kilomètres/heures. Si seulement ils pouvaient aller plus vite... mais avec ce trafic, impossible... Solveig serra inconsciemment les doigts autour du volant, plus stressé que jamais.

Il se passe... qu'on est dans la merde.

Murmura-t-il d'une voix tendue, en faisant une embardée soudaine pour éviter une voiture qui sortait d'un garage. Il laissa échapper un juron étouffé en allemand, puis jeta un coup d'œil rapide dans le rétroviseur. La silhouette du van noir se profilait toujours derrière eux, accélérant progressivement l'allure. Solveig poussa un soupir résolu, et son regard se durcit brusquement, la peur laissant place à la colère. Il donna un brusque coup de volant sur la gauche et s'engagea dans une rue adjacente. Le conducteur du van, qui ne s'attendait pas à cette manœuvre, freina brusquement pour éviter les voitures qui arrivaient en sens inverse et demeura momentanément bloqué. Solveig esquissa un sourire vainqueur, puis sortir son portable de sa poche et composa le numéro de Scanlon.

Dis-donc, enfoiré, y a pas quelque chose que t'as oublié d'me dire ?!
Oh non, patron ! Je viens de l'apprendre, j'allais vous appeler, me dites pas que...
Si. On a Alvaro au cul depuis une bonne dizaine de minutes ! Comment tu expliques ça ?!
"On" ? Vous n'êtes pas seul ?
Qu'est-ce que ça peut te foutre ! Réponds moi !
Oui, désolé... Je sais pas quoi vous dire, patron, ils n'ont laissé traîner aucune info, on ne sait même pas comment ils ont réussi à vous localiser !
… C'est impossible, mon portable est intraçable...

Je t'en prie Solveig, explique-moi !


S'exclama soudain Dawn, la voix vacillante de peur. Elle avait sorti un révolver de son sac et le serrait fébrilement entre ses mains tremblantes, se retournant sans cesse pour regarder si le van noir les suivait toujours.

C'est qui celle-là ? Me dites pas que vous êtes pas revenu à L.A. à cause d'une femme !
Tu crois vraiment que c'est le moment de parler de ça ?! Dis-moi plutôt comment... A.. Allô ? Scanlon ?... PUTAIN !


La communication venait de se couper brusquement, sans que Solveig puisse dire pourquoi. Il jeta rageusement le portable sur le tableau de bord. Son regard se posa alors sur Dawn, affolée, et il la dévisagea d'un air honteux et confus.

Je... Je suis sincèrement désolé de t'embarquer dans cette histoire... Mais maintenant qu'ils t'ont vue avec moi, je ne peux pas te laisser partir, sinon ils te retrouveront et... ils te tueront.

_________________

WHEN THE TRUTH IS FOUND TO BE LIES, AND ALL THE JOY WITHIN YOU DIES
SOLVEIG ELIAS NACHTFALTER


    « Here I opened wide the door; darkness there, and nothing more. Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn. Heather

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 17:36

– Il se passe... qu'on est dans la merde.

Une réponse plus explicative de sa part m'aurait étonnée. Soudain il fit un violent écart, une voiture ne faisant pas attention aux véhicule avait tenté de forcer le passage, simplement ce n'était pas qu'une simple poursuite, il me semblait qu'il y avait beaucoup plus en jeu. Son regard c'était emparé d'une lueur de colère violente. Soudain la Porsche bifurqua sèchement dans la rue, nous laissant un peu de temps pour trouver un moyen de se sortir de là. Il sortit son téléphone et composa un numéro ;

- Dis-donc, enfoiré, y a pas quelque chose que t'as oublié d'me dire ?!


Je ne perçus que des bribes de discussion, Solveig hurlant presque dans le téléphone, heureusement l'autre homme avait une voix portante.

- [...] Patron ! [..]. viens de l'apprendre[...] appeler, me dites pas que...

Je reconstituais rapidement les phrases qu'ils échangeaient.

- Si. On a Alvaro au cul depuis une bonne dizaine de minutes ! Comment tu expliques ça ?!

- "On "[...
]

Je n'eus pas besoin d'écouter la suite pour comprendre l'interrogation qui pointait dans la voix de l'homme à l'autre bout du fil.

- Qu'est-ce que ça peut te foutre ! Réponds-moi !

-[...] ils n'ont laissé traîner aucune info[...] localisé
- ... C'est impossible, mon portable est intraçable...

Je levais les yeux au ciel, nous étions très certainement dans la merde, bien plus que je ne le croyais finalement et ces deux là s'expliquaient au téléphone. L'interlocuteur de Solveig perçut lui aussi ma voix puisqu'il reprit de nouveau ;


- C'est qui celle-là ? [...] vous êtes pas revenu [...] femme !

- Tu crois vraiment que c'est le moment de parler de ça ?! Dis-moi plutôt comment... A.. Allô ? Scanlon ?... PUTAIN !

Aux mots de l'homme mes yeux s'agrandirent, il n’était plus en moi ou hors de moi qu’une même colère. Je ne pus retenir un juron qui s'échappa à voix basse, mais la communication semblait avoir coupé. Il jeta violemment son téléphone, puis me dévisagea un instant l'air honteux, presque confus. Mes yeux grands ouverts s’étiraient sous ce velours opaque, j’étais portée par une colère sans rives ni récifs qui n’était voué qu’a ses hommes sans conscience qui nous poursuivaient, les relents de ma colère venaient pigmenter le vert de mes iris.

_ Regarde la route bon sang !


M'inquiétais-je avant de le laisser parler.

– Je... Je suis sincèrement désolé de t'embarquer dans cette histoire... Mais maintenant qu'ils t'ont vue avec moi, je ne peux pas te laisser partir, sinon ils te retrouveront et... ils te tueront.


Je déglutis un instant, décidément ses hommes semblaient... Charmant.


_ Ok... Donc on fait quoi maintenant... Patron.


J'avais cessé de regarder le rétroviseur l'espace d'une seconde, ma voix était devenue plus assurée et j'éprouvais presque une certaine haine, une haine violente et dévastatrice envers ces inconnus. Je jetai un coup d'œil dans le rétroviseur, le véhicule semblait avoir disparu, pourtant j'étais certaine que nous n'en découdrions pas si facilement avec ses hommes. Après tout c'était aussi un gang de Los Angeles, un puissant gang visiblement. Je me retournai et vis les hommes dans leur van qui se rapprochait de nous. Puis un homme sortit un revolver par la fenêtre, je ne savais pas réellement ses intentions et je ne voulais pas le savoir.

_ Oh putain... Solveig ATTENTION !


Je n'eus pas même le temps de finir ma phrase qu'un crissement puissant fit faire un tour complet à la Porsche. Ils venaient d'éclater les pneus de cette dernière. Les voitures c'étaient rangées sur les trottoirs laissant passer ainsi les véhicules qui étaient lancé dans une course poursuite infernale, le tout créant une panique certaine dans Oklahoma city. Les passants restaient d'une béatitude idiote observant la scène affreuse sans aucun doute, qui se déroulaient ici, tous avait déserté la rue ne voulant connaitre que dans les journaux la suite de cette histoire. La voiture ne c'était déjà pas immobilisé que je m'inquiétais de la suite des événements.

_ On fait quoi maintenant ?


Dis-je agrippant l'arme d'une de mes mains, de l'autre agrippant le siège en cuir, tentant de retrouver chacun de mes repères perdu pendant que la voiture continuait de tourner dans un vacarme affreux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig E. Nachtfalter

avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut: Humain
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 19:31

YOU'RE SOMETHING BEAUTIFUL, A CONTRADICTION,
I WANNA PLAY THE GAME, I WANT THE FRICTION.





Oh putain... Solveig ATTENTION !

L'homme n'eut même pas le temps de regarder dans le rétroviseur pour tenter de comprendre ce qui se passait, il entendit une déflagration résonner derrière lui, et la porsche sembla faire un bond sur le côté, avant de faire plusieurs tours sur elle-même dans un crissement de pneus assourdissant. Solveig enfonça la pédale de frein, et la voiture finit sa course sur le trottoir, sous les cris de surprise et d'effroi des quelques passants qui se trouvaient encore là. Il n'avait alors plus besoin de voir pour comprendre ce qui s'était passé, c'était évident. Il sortit de la voiture, pour constater les dégâts, et se prit la tête entre les mains d'un air accablé en voyant les deux pneus arrières complètement explosés, et les nombreuses rayures qui striaient la carrosserie d'un noir de jais.

Putain de merde ! Elle sortait tout juste du garage !

Cracha-t-il avec haine, en regardant le van noir s'immobiliser à quelques mètres d'eux. Il se pencha à l'intérieur de la porsche, ouvrit brutalement la boîte à gant et en sortit un revolver à deux canons, qu'il chargea d'un coup sec. Il était trop tard pour fuir, désormais. Alvaro serait là d'une seconde à l'autre.

On fait quoi maintenant ?
Sors.


Il l'attrapa une nouvelle fois par le bras et l'entraîna hors de la porsche. Au même instant, des coups de feu résonnèrent dans la rue, tandis que le péruvien hurlait sur ses deux acolytes dans une langue que Solveig ne chercha même pas à comprendre. Il se mirent à courir sans plus tarder, Solveig tenant sa canne à la main et tentant d'ignorer la douleur sourde qui lui lacérait le genou gauche. Mais ils ne purent aller bien loin, au bout d'une vingtaine de mètres, le genou de Solveig lâcha, et ce dernier du s'appuyer contre le mur d'un immeuble pour ne pas tomber. Il regarda au bout de la rue. C'était une impasse. Et de l'autre côté, Alvaro et ses hommes arrivaient en courant, l'arme au poing. Bientôt, ils furent encerclés. Le chef des péruviens se tenait à quelques mètres en arrière, observant la scène d'un air conquérant, tandis que les deux autres pointaient Dawn et Solveig de leur revolver. Ce dernier vint se placer devant la jeune femme, dans une attitude protectrice. Elle n'était en rien mêlée à ce conflit, et il refusait qu'il lui arrive quoi que ce soit.

Je vois que tu as gardé un petit souvenir de moi, l'année dernière...

Murmura Alvaro, un sourire éclairant son visage émacié, en désignant du menton le genou de Solveig. Ce dernier ne répondit pas, se contentant de fusiller son adversaire du regard. Lentement, son poing se serra autour de la crosse de son revolver à deux canons, qu'il tenait baissé contre sa jambe. Il savait qu'Alvaro mourait d'envie de rallier tous les gangs de trafiquants de Los Angeles au sien, comme l'avait jadis fait Solveig. Il les ferait descendre, Dawn et lui, à la première menace qui se présenterait. Il allait falloir jouer serré...

_________________

WHEN THE TRUTH IS FOUND TO BE LIES, AND ALL THE JOY WITHIN YOU DIES
SOLVEIG ELIAS NACHTFALTER


    « Here I opened wide the door; darkness there, and nothing more. Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn. Heather

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 20:55

Je vis Solveig sortir de la voiture et s'énerver sur l'état de sa voiture, se prenant la tête entre ses mains.

- Putain de merde ! Elle sortait tout juste du garage !

Cette réflexion m'agaça fortement, je me penchai à la place du conducteur et appuya frénétiquement sur le klaxon passant la tête par la fenêtre de la Porsche.

_ T'inquiète pas dans pas longtemps tu seras plus là pour constater les dégâts.

M'agaçais-je en voyant l'intérêt qu'il portait à ce vulgaire tas de ferrailles. Lorsque je m'étais redressé j'avais machinalement attrapé la petite boite en fer qui avait valsé à l'autre bout du tableau de bords, je l'enfouis dans une poche de ma veste en cuir. Puis Solveig revint, se pencha brutalement et sortit un revolver étrange. Je le regardais d'un air interrogatif.

- Sors.

Je n'avais pas eu le temps de réagir qu'il m'avait violemment saisi le bras. J'étais sûre de finir cette journée avec un bleu sur le bras à force de me le faire saisir durement. Solveig m'avait entrainée hors du véhicule, un coup de feu retentit dans la rue, puis plusieurs suivirent. Mes yeux affolés n'enregistraient plus rien, je me contentais de suivre Solveig. L'homme semblait souffrir mais faisait abstraction de cette douleur sourde au profit de sa vie. Au bout de plusieurs mètres Solveig se rattrapa au mur, son genou n'avait pas supporté qu'il force ainsi dessus. De plus je réalisais que nous étions dans un cul de sac. Je posai une main sur l'épaule de Solveig.

_ Ca va ?


M'inquiétais-je, plantant mes yeux dans les siens. Je jetai ensuite un regard aux murs qui bordaient l'impasse, au cas où les films américains étaient tirés de la réalité et qu'il y ait une échelle sur un rebord, mais évidemment les murs étaient dénués de toutes choses qui pourraient nous sortir de là. Je n'eus pas le temps de tirer Solveig hors de cette impasse que la masse carrée et imposante accompagnée de ses acolytes se profilaient au bout de la ruelle. Les deux accompagnateurs braquaient sur nous leurs armes. Solveig vint alors se mettre devant moi pour essuyer un coup à ma place s'il devait en avoir un. J'avais baissé les yeux, en retrait.

_ Solveig arrête.


Le péruviens imposant, sans aucun doute le chef de la bande laissa alors sa voix porter jusqu'à nos oreilles.

- Je vois que tu as gardé un petit souvenir de moi, l'année dernière...


Il avait annoncé le genou de Solveig du menton. Mes yeux lui lançaient des éclairs, c'était donc lui ce monstre sans visage jusqu'à présent. Il semblait fier.

_ Enfoiré de fils de pute.


Avais-je susurré pour moi-même. Soudain l'alarme des flics, son que je détestais entendre d'habitude me rassura presque. Mes yeux quittèrent le sol et se plantèrent dans ceux de Solveig. Alvaro et ses hommes se retournèrent une demi-seconde et il n'en fallut pas plus pour que j'appuie sur la détente en le pointant sur un des hommes qui se trouvait à gauche du chef de gang. Le bruit des deux revolvers qui tiraient se déclenchèrent presque en même temps, c'était la première fois que je tirais sur un homme et je n'avais pas éprouvé quelconque regret, plutôt une certaine assurance et presque de la fierté. J'étais fiere d'avoir mis ce Péruvien à terre. J'étais fiere qu'Alvaro soit en position de faiblesse. Je pointai sans attendre mon revolver sur l'homme à la silhouette carrée et susurra à l'oreille de Solveig :

_ A toi l'honneur. Vise le genou

Avais-je ajouté un sourire en coin, ne relâchant pas une seule seconde mon attention. S'offrait à nous un spectacle effrayant, le trou dans leurs poitrines laissait fuir le vin trop vieux qui abreuvait leur misérable vie déjà finit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig E. Nachtfalter

avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut: Humain
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 21:40

YOU'RE SOMETHING BEAUTIFUL, A CONTRADICTION,
I WANNA PLAY THE GAME, I WANT THE FRICTION.





Solveig et Alvaro se dévisageaient en silence, comme deux chats sauvages prêts à s'entretuer avec la plus extrême férocité. Il semblait que rien ne pouvait séparer leurs regards, rivés l'un à l'autre comme des clous dans un cercueil. Rien... Sauf la sirène de police stridente qui retentit alors au loin, sonnant comme un glas la fin de cette entrevue sauvage. Les trois péruviens tournèrent brièvement la tête vers l'autre bout de la rue, l'air soucieux. Il n'en fallut pas plus à Solveig et Dawn pour que naisse dans leur esprit la même idée. Elle leva les yeux vers lui, et il hocha la tête. Ils s'étaient compris. En une fraction de seconde, ils levèrent tous deux leur arme, et tirèrent chacun sur un homme.

Les deux coups résonnèrent à l'unisson, suivis de près par le bruit mat des deux cadavres qui s'écroulaient sur le pavé de l'impasse. Alvaro contempla les corps sanglants de ses hommes, puis releva les yeux et regarda à nouveau Solveig. A présent, il n'arborait plus cet air si fier et conquérant qu'il avait quelques secondes plus tôt. Il demeurait hébété, comme s'il ne s'était pas attendu le moins du monde à ce que Solveig riposte. C'était pourtant si prévisible... Avait-il pensé ne trouver en face de lui qu'un infirme au moral brisé par la disparition de tous ses amis et associés ? Avait-il cru que deux hommes suffiraient à le maîtriser ? C'était là bien mal le connaître, et il s'en trouvait presque vexé.

Lentement, il s'approcha de son ennemi, lui tournant autour avec des airs de prédateur en chasse. Puis, brusquement, lui asséna un coup à la tempe avec la crosse de son révolver, qui l'envoya valser sur le sol. Il vint alors s'accroupir près de lui, le menaçant toujours de son arme, et le regarda avec un sourire horriblement hypocrite. Alvaro ne riait plus...

Même blessé, le corbeau peut encore voler.

Murmura Solveig d'une voix tranchante, avant de pointer son arme sur le genou du péruvien et d'appuyer sur la détente. Il se releva ensuite sans tarder, sans même jeter un regard à la victime qu'il abandonnait derrière lui. Il se contenta de pousser un soupir de satisfaction, au son des hurlements de douleur qu'il pouvait néanmoins entendre. Il adressa un signe de tête à Dawn pour lui dire de le suivre, puis rangea son arme dans la poche intérieure de sa veste et sortit de l'impasse d'un pas rapide. Il retourna auprès de sa porsche qu'il avait abandonnée dans la rue adjacente et récupéra son portable sur le tableau de bord. Il remarqua alors que la boîte en fer ne s'y trouvait plus. Dawn ne l'avait pas oubliée... Il eut un sourire amer et alla sortir du coffre un bidon d'essence. Il contempla un instant sa porsche, un air affligé sur le visage, puis commença à l'asperger d'essence en soupirant. Elle était quasiment neuve, et devoir s'en séparer si tôt n'était pas pour lui plaire... Mais il était hors de question que la police puisse retrouver ses traces ou celles de Dawn. Il sortit de sa poche une boîte d'allumettes, et en enflamma une qu'il jeta à travers une fenêtre de la voiture. Il se retourna, jetant un dernier regard à la carcasse de métal dévorée par les flammes, puis s'approcha à nouveau de Dawn.

Viens, on bouge, les flics ne vont pas tarder.

_________________

WHEN THE TRUTH IS FOUND TO BE LIES, AND ALL THE JOY WITHIN YOU DIES
SOLVEIG ELIAS NACHTFALTER


    « Here I opened wide the door; darkness there, and nothing more. Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn. Heather

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 23:02

Avec une lenteur mesurée Solveig, marginal, s'approchait près de l'homme. Je pointais le revolver sur Alvaro avec mon arme, et m'apprêtait à tirer au moindre geste suspect. Puis Solveig porta sa crosse à la tête de l'homme et frappa violemment, ce dernier tomba à terre. Il s'accroupit près de lui et lui susurra quelque chose d'une voix tranchante. Il se releva et pointa l'arme sur le genou de l'homme, le regard de ce dernier se voulait terriblement suppliant. Je fermais les yeux et entendis le coup de feu partir, lorsque je les rouvris contrairement au dégout que j'aurais pensé éprouver, j'étais satisfaite. Il se releva et fila de la ruelle. Je soulevais un sourcil il s'en était allé m'adressant un signe de la tête. Je soupirai et avança un peu, restant immobile une seconde au milieu de ses hommes entendant le dernier gémir à l'agonie. Je filai, enjambant Alvaro, prenant soin de poser mon talon au niveau de son coeur et appuya de toutes mes forces pour faire un petit bond, je m'apprêtais à continuer mon chemin pour retrouver Solveig, mais je m'arrêtai, me retournant vers le péruviens. Je m'agenouillai à côté de lui, empoignant ses cheveux d'une main soulevant sa tête, je voulais voir toute la douleur et la détresse dans le fond de ses yeux.

_ Hijo de puta. La prochaine fois je t'écrase mon talon dans les orbites de tes yeux.


Avais-je susurrais à ce dernier, lui crachant au visage, relâchant ma prise, sa tête tombant sur le sol. Sans attendre je me relevai et disparut à mon tour. Regardant de chaque côté de la route, j'aperçus Solveig mettre feu à sa voiture. Un sourire s'esquissa sur mes lèvres. Je parcourus les mètres qui nous séparaient en courant. Il se retourna une dernière fois ayant plus de compassion pour la carcasse de sa voiture que celle de l'homme.

- Viens, on bouge, les flics ne vont pas tarder.


J'acquiesçai lui attrapant la main me retournant une dernière fois, souriant presque en jetant un regard amère sur le carnage de la ville.

_ La prochaine fois on prendra ma Toyota.

Plaisantais-je lâchant un regard amusé à l'homme. Lui emboîtant le pas je contemplais l'heure sur une croix lumineuse de pharmacie, deux heures moins le quart. Je suivais Solveig sans réellement savoir où nous allions. L’agitation était très présente dans la ville, des passants c’étaient regroupés près de la ruelle, il me semblait que nous étions les seuls à rester calme, une chose était sûre ; il ne fallait pas trainer ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig E. Nachtfalter

avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut: Humain
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 23:21

YOU'RE SOMETHING BEAUTIFUL, A CONTRADICTION,
I WANNA PLAY THE GAME, I WANT THE FRICTION.





La prochaine fois, on prendra ma toyota.

Murmura Dawn sur un ton amusé, en se retournant pour contempler les dégâts causés par cette folle course-poursuite. Solveig, lui, gardait un air pour le moins renfrogné. Sa magnifique porsche toute neuve était en train de cramer au coin d'une rue alors qu'elle n'avait même pas 50000 kilomètres au compteur, et son genou gauche le faisait horriblement souffrir. Il n'y avait vraiment pas de quoi se réjouir ! Mais bon, d'un autre côté, il avait tout de même réussi à se venger enfin de son pire ennemi, ce qui n'était pas rien. Combien de fois avait-il imaginé cette scène, combien de fois avait-il rêvé de descendre ce salopard de péruvien... Et maintenant, c'était chose faite. Ce dernier souffrait le martyr autant que lui, et ne pourrai pas fuir et échapper une fois de plus à la police. Cette pensée arracha à Solveig un sourire diaboliquement satisfait. Il ferait beau voir, tiens, que l'on réussisse à abattre le leader des gangs de Los Angeles...

Hum, bon... Vu l'agitation que nous avons causée dans le quartier, je suppose que l'on ferait mieux de rentrer... Tu veux venir chez moi ? Promis, aujourd'hui je suis calme ! J'ai fait ma victime de la journée, ça va maintenant.

Dit-il avec un sourire en coin. Il craignait que Dawn ne refuse de remettre les pieds dans son appartement, compte tenu de ce qu'il s'y était passé la dernière fois. Il comprendrait tout à fait qu'elle refuse. Lui-même, lorsqu'il se trouvait dans sa cuisine, s'y sentait parfois très mal, rien que de repenser au conflit qui les avait farouchement opposés trois jours plus tôt. Il héla alors un taxi, qui passait à leur niveau, priant pour que ce ne soit pas le punk de la dernière fois.

_________________

WHEN THE TRUTH IS FOUND TO BE LIES, AND ALL THE JOY WITHIN YOU DIES
SOLVEIG ELIAS NACHTFALTER


    « Here I opened wide the door; darkness there, and nothing more. Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn. Heather

avatar

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 02/05/2011

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   Dim 29 Mai - 23:47

Il semblait boudé, oui il boudait car son auto était inutilisable. Je levais les yeux au ciel, décidément tous les hommes me dépassaient. Pourtant une voiture contre une vengeance de cette taille ne valait-elle pas une voiture ?

- Hum, bon... Vu l'agitation que nous avons causée dans le quartier, je suppose que l'on ferait mieux de rentrer... Tu veux venir chez moi ? Promis, aujourd'hui je suis calme ! J'ai fait ma victime de la journée, ça va maintenant.

Il m'avait lancé un sourire taquin, sans presque me laisser le temps de répondre il héla un taxi. Je me remémorais le soir où il avait menacé ce conducteur. Je me demandais ce qu'il pouvait ressentir à mon égard et si... C'était aussi fort que ce que je ressentais pour lui. Néanmoins je sourie à ce qu'il me dit, en y repensant nous nous étions vus deux fois environ et il avait toujours eu une réaction violente, et pour avoir entraperçu un morceau de sa vie je pouvais enfin comprendre. J'aurais pu m'extasier, c'était comme dans les films, toute cet adrénaline, à présent j'en étais sûre si il repartait à Los Angeles je plaquais tout et je le suivais. Je lui lançai un regard amusé pigmenté d'un regard taquin.

_ Maintenant que j'ai la garantie que tu te tiendras bien, j'en serais enchantée.


Le taquinais-je lui lançant un coup de coude amical. Enfin un taxi s'arrêta et je m'empressai de lui ouvrir la portière, bousculant les conventions, lui faisant un signe de la tête. Une fois qu'il était rentré je pris place à côté de lui. Je fouillai une seconde dans ma poche et ouvrit ma main en tendant à Solveig la petite boîte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Time is running Out ♣ Solveig & Dawn.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Our time is running out [ Silk ].
» IV, 2. Time is running out (D1, Bloom, Sappho, Tywin)
» *Time is running out* {Ezreal&Irélia}
» Time is running out [Pv Ultear]
» Who is running Haiti for whom?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
American Horse Ranch :: Human Part :: Hobbies Area :: Shopping Parade-
Sauter vers: