American Horse Ranch

American Horse Ranch - Forum RPG humain/equin
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 on me lache enfin ! ( pv mogkan )

Aller en bas 
AuteurMessage
Moga/Merril/Expresso
Esprit Dompté
Esprit Dompté
avatar

Féminin Capricorne Nombre de messages : 225
Age : 26
Emploi : étudiante bac1 histoire
Localisation : Belgique !
Date d'inscription : 17/12/2010

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: on me lache enfin ! ( pv mogkan )   Sam 18 Déc - 20:12

Après une arrivée très remarquée fin d'après midi, Je me fit escorter par quatre hommes ;l'un tenant fermement la longe, sa main gauche au plus près de ma tête, un autre me tenant par le licol rouge vif qu'on m'avait passé. Quant aux deux autres, ils étaient chacun à ma gauche et à ma droite. C'était assez rusé, dès que je faisait mine de cabrer, ils s'appuyaient sur mon dos... Ils ne disaient pas un mot ! non non je vous assure pas un mot ! Même pas entre eux et encore moins à moi ! Le silence régnait seul en maitre, seul le bruit de mes sabots claquait dans l'air. Je respirai fort et rapidement, jetant des regards vifs et inquiets un peu partout. Je ne connaissais absolument rien ! et tout me faisait peur, était-ce trop dure de me faire un tour du propriétaire pur que je puisse m'y habituer ? J'hennissais de temps à autres, espérant obtenir une réponse mais, encore une fois, c'était le silence qui me répondait... On marcha ainsi pendant environs 10 minutes.

Après ce laps de temps très courts, notre petite compagnie s'arrêta ... Je redressa mon encolure et pointa les oreilles : devant moi se trouvait une sorte de rond de long ou de petite carrière. Cela faisait tellement longtemps que je n'en avais plus vu ! Même le sable, son odeur , sa couleur, ne me disait presque plus rien. Un des hommes alla ouvrir la barrière puis revint me tenir. Mais au moment où ils se remirent en marche...Je ne bougea pas d'un poil ! trop estomaqué et inquiet par ce que je voyais. Je fis aller ma tête de bas en hauts par de petits mouvements, pour faire une mise au point de ce que je voyais. Mais apparemment c'était urgent ! L'homme à la long utilisa le pendant de cette dernière et me toucha le flanc pour que j'avance. Je fis quelques pas, mais une fois sur le seuil de l'entrée, je stoppa net. Je baissa mon encolure et renâcla le sol... Quel drôle d'odeur ! Dès que je m'approchai du sable, une petite partie s'envolait avant de retomber un peu plus loin, mes vibrisses clignèrent par réflexes afin de protéger mes yeux. Je recula alors de quelque pas...Je ne voulais pas rentrer ! Je ne connais pas cet endroit ! Mes les quatre hommes me poussèrent; deux sur mes flancs et les deux autres sur mon postérieur. Je secoua mon encolure et hennit bruyamment : j'était rentré !

Les quatre hommes partirent sans même prendre le temps de vérifier si je m'habituai à ce lieux. Je resta collé contre la barrière, trop apeuré que pour progresser et lança une série de grand coups d'antérieur contre la paroi, les oreilles collées sur ma nuques . Après quelques minutes je me calma un peu et décida d'inspecter le lieux...Je me retourna lentement, sur mes gardes, les sens en alertes, les oreilles allant dans tous les sens. Je gratta le sable de l'antérieur droit et renifla de nouveau le sol; je distinguait des odeurs équines et humaines. Museau au raz du sol, je fit quelque pas avant d'arriver au centre du rond de longe. Je me souvins alors, tout le plaisir et la détente que procurait le sable une fois qu'on se roulait dedans. Je gratta le sol de mon sabot, qui se déposa sur mon dos, et lentement plia mes antérieurs pour enfin me coucher. Le contact du sable sur ma peau était assez froid mais je n'en fit rien... Je m'étendis de tout mon long et commença à me rouler plusieurs fois de suite, soulevant avec moi du sable qui, une fois l'air, semblait formé un arc. Après plusieurs roulades , je me releva et m'ébroua fortement pour enlever la pellicule de sable qui s'était déposée. Avec mon poil d'hiver et tout ce sable, je ne ressemblait plus à grand chose...

_________________
Je ne suis que ce que l'on m'a fait...


Merril Hess - Nous aurons la vie que nous meriterons...-



Expresso -L'amour supporte mieux l'absence ou la mort que le doute ou la trahison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moga/Merril/Expresso
Esprit Dompté
Esprit Dompté
avatar

Féminin Capricorne Nombre de messages : 225
Age : 26
Emploi : étudiante bac1 histoire
Localisation : Belgique !
Date d'inscription : 17/12/2010

La Légende de l'Ouest
Statut:
Personnages Humains:
Personnages Equins:

MessageSujet: Re: on me lache enfin ! ( pv mogkan )   Mar 21 Déc - 0:28

( Mogkan ? Sad )

_________________
Je ne suis que ce que l'on m'a fait...


Merril Hess - Nous aurons la vie que nous meriterons...-



Expresso -L'amour supporte mieux l'absence ou la mort que le doute ou la trahison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
on me lache enfin ! ( pv mogkan )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui veux rp avec moi ? Je ne mord pas (enfin pas toujours)
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ?] [{fini}
» Enfin je t'ai trouvé ...
» On se retrouve enfin [Elcolo]
» Enfin chez moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
American Horse Ranch :: Le Néant :: Archives :: Sujets du Néant-
Sauter vers: